• Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit



    2 janvier 1913: Naissance à Marseille (13)

     

    1917 : Sa mère lui apprend à lire

     

    1923: il entre au lycée de Toulouse

     

    1925: il monte lui-même un récepteur de radio à galène.

     

    1926: premiers poèmes et premières proses

     

    1927: joue du violon et compose ses premières mélodies

     

    1928: il apprend le violon avec un violoniste de cinéma

     

    1929: il est reçu à la première partie du baccalauréat

     

    1930: termine deux romans, “Souffrir” et “Lazare”. Réussi son baccalauréat. Publie ses premiers poèmes.

     

    1931: il écrit un nouveau roman et deux pièces de théâtre. Il s'installe en novembre à Paris.

     

    1932: il entre dans l'enseignement comme instituteur-suppléant.

     

    1933: poèmes en prose du “Coeur légendaire”. Il écrit un roman qui restera inachevé “L'usine”

     

    1934: il écrit les premiers chapitres de “Jacques et les comparses”. Mort de son père à l'hôpital de Villejuif.

     

    1935: il fait paraître la revue Atalante. Il fait partie de la chorale des professeurs de chant de la ville de Paris. Découvre les surréalistes. Edite en décembre le premier numéro de Soutes.

     

    1937: publie dans Soutes “La vie sauve” et “Adresse aux intellectuels”. Rencontre Cécile Eluard.

     

    1938: publie le dernier numéro de Soutes d'avant-guerre. Il écrit les poèmes de “L'indicatif présent ou l'Infirme tel qu'il est” et “Le feu défendu”. Epouse Cécile Eluard. Il part au régiment et commence un roman-feuilleton inachevé.

     

    1939: Régiment. Il écrit les poèmes en prose de “La sourde oreille”. Le livre “A l'oeil nu” est édité par Ballard. Luc Decaunes monte à Fourmies un “spectacle aux armées”.

     

    1940: Guerre et prisonnier. il commence d'écrire “Les idées noires”. Il écrit et monte une farce “Le docteur Tatin”.

     

    1941: Prisonnier. Fragments de “La vie intime” dans Le Figaro.

     

    1942: Prisonnier. Le livre “Le Camphre et l'Amadou” est publié aux cahiers de Rochefort. Il écrit une pièce de théâtre “La rose cardinale”, dont le manuscrit sera perdu.

     

    1943: Prisonnier. Il fait passer le manuscrit “Le Coeur en ordre” à P. Bouloc. Il commence “Les Rêves et la misère”. Bachelard lui inspire “L'Eau amoureuse”.

     

    1944: Prisonnier. Les Cahiers du Rhône publient “L'Air Natal” poèmes de captivité.

     

    1945: Prisonnier puis libéré par les américains. Rapatrié, en mai, par avion à Marseille. Divorce d'avec Cécile Eluard. Entre aux Cahiers du Sud, est reporter au journal Ce Soir. Première émission à la radio.

     
     
     
     
     

    1946: il fait publier “Le Sens du mystère” poèmes en prose, “L'Amour lui même” chez L'Arche, “Batailles dans la neige” aux Cahiers du Sud, “Victoires de Matisse” chez Pierre à Feu. Amitié avec Léopold Sédar Senghor. Nombreuses émissions radiophoniques, poétiques et littéraires. Il entre au Conseil supérieur d'enquête de l'Education Nationale. Laffont édite son roman “Les Idées Noires” et les Editions Fontaine sortent “La Sourde oreille”.

     

    1947: Les Cahiers du Sud publient “La Fée de Luna-Park”. Adaption radiophonique de “La Condition Humaine”. Il écrit “Poèmes militants” illustrés par André Graciès. Projet de publication de “L'Amour sans preuves” illustré par Matisse.

     

    1948: Son émission “Cartes blanches” lui vaut des démélés avec la censure. Il reprend alors un poste dans l'enseignement. Collabore à Paru.

     

    1949: Projets de départ en Afrique. Les Cahiers du Sud publient “Arthur Rimbaud ou le Jules Verne de la poésie”.

     

    1950: Les Ed. Laffond publie “Je ne regrette rien”. Pierre Seghers lui demande un “Baudelaire” pour sa collection Les Poètes d'Aujourd'hui.

     

    1951: il écrit “Le Droit de regard”, poèmes illustrés par Paul Charlot chez Seghers.

     

    1952: Demande une affectation outre-mer. Les éditions Seghers publient “L'Amour lui-même” et son “Charles Baudelaire”. Parution de la nouvelle série de Soutes.

     

    1953: Arrivée à Dakar, affectation à la radio et campagne de presse hostile. Organise le premier festival artistique et culturel de Dakar. Second numéro du nouveau Soutes. Adaptation en 45 épisodes du “Compte de Monte-Cristo”. Fonde la troupe radiophonique du Théâtre sans visage et monte “Intermezzo” et “L'Annonce faite à Marie”.

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    1954: La mère de Luc Decaunes meurt le 15 août. Les éditions Seghers sortent son “Arthur Rimbaud ou le Jules Verne de la Poésie”.

     
     

    1955:il fonde le Centre africain d'études critiques. Pour la radio fédérale, il part en France effectuer une série sur les festivals dramatiques en France.

     


     

    A Paris, il rencontre Andrée-Claude Lacôte, originaire de Belmont-de-la-Loire. Mariage en décembre 1955.


    votre commentaire
  •  
     
     
    L'HISTOIRE DE LUC DECAUNES
     

        Né le 2 janvier 1913 à Marseille (Bouches du Rhône), Luc Decaunes fut instituteur à Paris. Il sera ensuite homme de radio, journaliste, organisateur de festivals, tout en s'intéressant vivement à la musique et à la chanson.

     

        Mais, il est avant tout connu pour son oeuvre littéraire prolifique, comme étant l'auteur de 22 recueils de poésie, auteur de romans, de biographies (celle de Charles Baudelaire est remarquable) et de 7 anthologies.

     

        Luc Decaunes fréquenta les surréalistes, notamment Louis Aragon, Tristan Tzara et Paul Eluard, dont il fut le gendre en épousant sa fille Cécile. Il fut aussi, en 1936, le fondateur de la revue littéraire « Soutes ». A la fois poétique et polémique, littérairement d'avant-garde et politiquement révolutionnaire, elle répond à un besoin dans cette France du Front Populaire, des occupations d'usine, des congés payés où retentit bientôt la tragédie espagnole et les prémices du fascisme qui déchirera l'Europe.

     

     

     
     

    UNE OEUVRE PROLIFIQUE

        Dés son premier recueil paru en 1938 « L'indicatif présent » ou « L'infirme tel qu'il est » (publié avec une eau forte originale de Picasso) jusqu'à son dernier « Mea Culpa » paru en 1997, l'oeuvre de Luc Decaunes restera celle de la vie et du vécu.

     

       Luc Decaunes qui fut publié dans la grande collection « Poêtes d'aujourd'hui » aux éditions Seghers écrira donc sa vie, ses pensées, ses combats pendant 60 ans.

     

        Dans son oeuvre, on retrouve l'enfance difficile de Luc, l'homme aux nombreux amours, le Decaunes africain (Léopold Sedar Senghor fut son ami proche), l'homme de théâtre (Jean Vilar, Jean Cassou, Guy Retoré, le théâtre de l'Est parisien), le poête (il côtoie Picasso, Aragon, Eluard, Cendrars, René Char, Durrenmatt, etc), l'homme de télévision et de radio, etc.

     

     

     
     

    LE RETOUR À BELMONT

     

                                                        café du bon coin - Belmont

        Il épouse Andrée Lacôte, fille d'un cafetier-restaurateur de Belmont-de-la-Loire, le 21 décembre 1953 à la mairie du 20ème arrondissement de Paris. Andrée est institutrice, elle a vingt cinq ans. Lui vient d'avoir 40 ans, l'âge où la vie recommence. Andrée sera sa médiatrice. C'est une enfant du peuple comme lui, aimant la solitude comme lui, passionnée de culture, de lecture, de théâtre. Par dessus tout, elle est d'une droiture, d'une loyauté, d'une exigence intérieure si exceptionnelles qu'il voit en elle la préfiguration de la femme sans préjugés, sans superstitions et maîtresse de son destin.

     

        C'est elle qui le fera s'installer à Belmont en 1959 où il viendra se ressourcer, écumant les expositions et les théâtres de Rhône-Alpes. De longues promenades dans les chemins forestiers lui apporteront inspiration et sérénité. Il séjournera 42 ans à Belmont.

     


    UN GRAND ÉCRIVAIN REPOSE À BELMONT DE LA LOIRE

     
     
     

        Le mardi 13 juin 2006, la dépouille mortelle de l'écrivain Luc Decaunes a été transférée de Paris au cimetière de Belmont où il a été enterré dans une sépulture appartenant à la famille de sa femme.

     
     

        Beaucoup de Belmontais ont croisé un homme cultivé, sans toujours savoir que c'était un écrivain célèbre qui a marqué la littérature du 20ème siècle. Les plus jeunes doivent savoir qu'il a résidé au hameau de Panneton à Belmont, de 1959 à 2001, année de sa disparition.

     

     

     

     

    L'ASSOCIATION « LES AMIS DE LUC DECAUNES »

     
     
     

        Plusieurs personnes de Belmont s'intéressant soit au patrimoine, soit à la culture, soit au tourisme cherchaient depuis 7 mois une formule pour à la fois honorer cet écrivain qui repose au cimetière de Belmont, pour réparer une indifférence d'un demi-siècle et pour utiliser son image comme un patrimoine.

     

        Après 7 mois de réflexion, de rencontres diverses et d'études de cas semblables, la formule d'une association loi 1901 a paru la formule la plus adaptée.

     

          C'est pourquoi une association appelée « Les Amis de Luc Decaunes » a été créée le 14 janvier 2007 à Belmont. Le conseil d'administration a élu parmi ses membres un président, M. Jean-Marc Sarnin; un vice-président, M. Christian Perez; un secrétaire, M. Claude-Henri Marchand; une trésorière, Mme Micheline Lecocq. Présents lors de cette assemblée générale constitutive, Frédéric Decaunes, fils de l'auteur, et Gabriel Lacôte, beau-frère de l'auteur, ont accepté d'être présidents d'honneur de la nouvelle association.

     

    Réunion le 14.01.07 à Belmont de la Loire pour la constitution de l'association.

    De droite à gauche:
        Mme Lacote (Belle soeur de Luc Decaunes).
    M Gabriel Lacote (Beau frère de Luc Decaunes).
    M Fréderic Decaunes (Fils de Luc Decaunes).
    et des membres de l'association.


    Les amis de Luc Decaunes

    Mairie
    42670 BELMONT DE LA LOIRE

    Tél: 06 08 88 17 20

    les.amis.de.luc.decaunes@aliceadsl.fr

     

     

     


    votre commentaire
  • Clair de lune

    Lune qui joues avec le vent mouillé,
    Avec les fleurs de la rivière;

    Lune qui fais brûler le doigt des pierres
    Dans la campagne hallucinée;
    O somnambule solitaire
    Par les landes et les marais,

    Lune hagarde,
    Confidente de la fontaine, amie des larmes,
    Complice des arbres peureux,

    Lune, lune, qui viens très tard
    Ouvrir des veines de lumière

    A la gorge des chemins creux;
    Lune,
    Fais chanter ma guitare !

                                              Luc Decaunes




    1 commentaire
  •      Luc Decaunes fut quelqu'un de très créatif dans la vie littéraire du 20ème siècle.

        Le dimanche 14 janvier 2007, une association a été créée à Belmont pour faire connaître l'oeuvre, la vie et la personnalité de Luc Decaunes,écrivain, poète, auteur de théâtre, animateur de radio, critique et essayiste, biographe, pour contribuer et favoriser toute célébration et manifestation à sa mémoire, pour encourager et assurer la conservation et la préservation de tout souvenir, objet et document le concernant, pour faire perdurer les passions de Luc Decaunes en favorisant, en soutenant ou en organisant toute manifestation ou expression culturelle autour de la poésie, du théâtre d'auteur, de l'art en général.

           Une partie des archives et de la correspondance de Luc Decaunes ont été remises à l'association par sa famille, à charge pour elle d'en assurer le tri et la conservation.

     


     


     

     

     


     


    votre commentaire
  •    
        En préambule de l'hommage et de la rétrospective qui ont été consacrés en 2007 au Poète Luc Decaunes à la salle des fêtes de Belmont, le président de l'association "Les amis de Luc Decaunes", M. Jean Marc Sarnin, apporte des explications sur les premiers 100 jours d'existence de cette jeune association culturelle belmontaise (elle a été créée en janvier 2007).



    Interview au Syndicat d'Initiative de Belmont de la Loire.
     

    La Tribune: Pouvez-vous nous résumer les motifs de la création de cette association?

     

    Jean-Marc Sarnin: "Quelques dates permettent de revenir rapidement sur les motifs de notre démarche. En 2005, une personne s'intéressant à la littérature retrouve par hasard une lettre de Léopold Sédar Senghor, poète, écrivain et président du Sénégal destinée à Luc Decaunes résidant à Belmont. Cette trouvaille l'interpelle et elle m'en avertit. Le 13 juin 2006, le corps du poète Luc Decaunes, mort en 2001, est transféré au cimetière de Belmont. Le dimanche 14 janvier 2007 restera une date importante dans l'histoire posthume de Luc Decaunes. En effet, il y a tout juste cent jours, une association est créée à Belmont pour faire connaître l'oeuvre, la vie et la personnalité de cet écrivain, pour encourager et assurer la conservation et la préservation de tout souvenir, objet et document le concernant. »

     

    La Tribune: Vous découvrez alors l'ampleur de l'oeuvre de Luc Decaunes, mais qui était cet homme?

     

    Jean-Marc Sarnin: « Luc Decaunes, né en 1913 à Marseille, est un des grands poètes, hommes de théâtre, de radio, biographes, anthologistes, essayistes et journalistes du XXème siècle. Il fut quelqu'un de très créatif dans la vie littéraire française. Certains de ses livres sont toujours édités. Luc Decaunes a résidé au hameau de Panneton à Belmont, de 1959 à 2001 où il a beaucoup écrit mais dans une relative discrétion ce qui fait que beaucoup de Belmont ne savait pas qu'un écrivain d'une certaine envergure était établi dans la commune. »

     

    La Tribune: Comment a t-il connu Belmont?

     

    Jean-Marc Sarnin: « La famille de ce poète, ami de Pablo Picasso, de Paul Eluard (il épousa sa fille Cécile), de Blaise Cendrars, mais aussi de Jean Vilar (créateur du festival d'Avignon) , a souhaité transférer le cercueil de Luc Decaunes d’un cimetière de Paris à celui de Belmont, où il repose depuis le 13 juin 2006 dans une tombe appartenant à sa dernière épouse, Andrée Lacote, originaire de Belmont. Les parents de Mme Lacote tenait un café-restaurant au hameau du Bout du Monde à Belmont au début du 20ème siècle. »

     

    La Tribune-Le Progrès: Comment avez-vous commencé à intégrer cet écrivain dans le patrimoine local?

     

    Jean-Marc Sarnin: « Plusieurs personnes de Belmont s'intéressant soit au patrimoine, soit à la culture, soit au tourisme ont tout de suite compris l'importance que Belmont pouvait tirer de l'inhumation d'un écrivain à Belmont et des archives existant encore dans sa maison. Après 7 mois de réflexion, de rencontres diverses et d'études de cas semblables, la formule d'une association loi 1901, sous la forme « les amis de... » a paru la solution la plus adaptée. »

     

    La Tribune -Le Progrès:  Cet hommage du 28 avril 2007 (il aura lieu le 29 mars en 2008) est donc la toute première manifestation  de cette association?

     

    Jean-Marc Sarnin: « grâce au soutien rapide de M. Vallas, maire de Belmont et à la compréhension du Conseil municipal de Belmont, mais aussi grâce à des bénévoles, poètes et intervenants littéraires, nous avons pu apprécier l'importance de ce patrimoine et ramener à Belmont un certain nombre de documents et d'archives de Luc Decaunes. Une partie de ceux-ci seront exposés ce samedi à la salle des Arcades à partir de 15h. Après un hommage sur la tombe du poète au cimetière à 14h30, une rétrospective, agrémentée de lecture de ses poèmes se déroulera de 15h30 à 17h. L'entrée de la salle d'exposition est gratuite pour le public et nous espérons faire connaître aux Belmontais cet auteur de quarante ouvrages divers et de milliers d'articles. »

     

    La Tribune-Le Progrès: Vous allez résumer, en deux heures, 88 ans de la vie de Luc Decaunes?

     

    Jean-Marc Sarnin:  « Non bien-sûr, nous n'avons pas eu le temps, ni les éléments pour connaître et décortiquer en 100 jours l'existence de Luc Decaunes. Notre démarche est très modeste, notre but est de présenter aux Belmontais et aux visiteurs l'auteur qui a vécu à Belmont et qui y est enterré. Pour cette année, nous allons résumer la période qui va de 1913, année de sa naissance à 1953, année de son départ à Dakar (Sénégal) à la demande de son ami Léopold Ségar Senghor. La suite viendra l'année prochaine.»



    votre commentaire