• Pour ces gens


    Il y a ceux qui se promènent

    très tard, quand le ciel s'est fermé,

    Ceux qui rêvent dans les cafés,

    Somnambules de la lumière.


    Il y a ceux qui sont perdus,

    Qui cherchent sur les bords du fleuve

    Une Ariane au coeur de veuve,

    A qui donner plus que son dû.


    Il y a ceux qui désespèrent,

    Que l'ombre tourmente et qui n'ont,

    Pour rassurer leur coeur sans nom,

    Que le feu noir d'un réverbère.


    Ceux qui vont s'asseoir sur un banc

    Pour épier la vie nocturne,

    Les affamés, les taciturnes,

    Les sans-amour, les sans talent...


    E tous ces gens forment la chaîne

    D'un espoir dont on ne dit rien:

    Les hommes sont comme les chiens,

    Ils attendent du jour qui vient,

    Une caresse qu'ils comprennent.


    Luc Decaunes

    Inconvenances - 2000




    votre commentaire
  • Clair de lune

    Lune qui joues avec le vent mouillé,
    Avec les fleurs de la rivière;

    Lune qui fais brûler le doigt des pierres
    Dans la campagne hallucinée;
    O somnambule solitaire
    Par les landes et les marais,

    Lune hagarde,
    Confidente de la fontaine, amie des larmes,
    Complice des arbres peureux,

    Lune, lune, qui viens très tard
    Ouvrir des veines de lumière

    A la gorge des chemins creux;
    Lune,
    Fais chanter ma guitare !

                                              Luc Decaunes




    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique